Archives de catégorie : L’oral

Oralbum « Le vilain petit canard » et jeu de la pêche

canard oralbumcanard

Les Oralbums, albums à parler, proposent trois niveaux de langage, avec des objectifs syntaxiques et un vocabulaire précis pour chacun.

Ce brevet présente la progression mise en œuvre dans notre classe  :

  • Écouter l’histoire racontée par l’enseignant ou suivie au coin écoute (phase d’appropriation).
  • Participer, s’exprimer, répondre à des questions pendant le jeu de la pêche aux images (se familiariser  avec le langage de l’oralbum, chacun à son niveau).
  • Produire des phrases de plus en plus élaborées en tenant compte des propositions de l’adulte.

Certains enfants seront invités à présenter la totalité de l’album, en grand groupe ou en petit comité lors de l’accueil.

À noter :
Le jeu de la pêche aux images permet de concentrer les attentions du groupe (Est-ce qu’il va arriver à pêcher ? Qu’est-ce qu’il va pêcher ?) et de libérer la parole : l’élève commente presque spontanément la carte qu’il a attrapée au moment où il la retourne.
Cette mise en scène me semble particulièrement adaptée aux jeunes enfants, elle leur permet de parler chacun leur tour dans de bonnes conditions d’écoute, avec généralement une forte motivation à s’exprimer.
Ce que ne pourrait pas atteindre un simple « Dites-moi chacun votre tour ce que vous voyez sur une carte… »

 

Oralbum « Poule rousse » et jeu de la pêche

poullerousse oralbumpoulerousse

Les Oralbumsalbums à parler, proposent trois niveaux de langage, avec des objectifs syntaxiques et un vocabulaire précis pour chacun.

Ce brevet présente la progression mise en œuvre dans notre classe  :

  • Écouter l’histoire racontée par l’enseignant ou suivie au coin écoute (phase d’appropriation).
  • Participer, s’exprimer, répondre à des questions pendant le jeu de la pêche aux images (se familiariser  avec le langage de l’oralbum, chacun à son niveau).
  • Produire des phrases de plus en plus élaborées en tenant compte des propositions de l’adulte.

Certains enfants seront invités à présenter la totalité de l’album, en grand groupe ou en petit comité lors de l’accueil.

À noter : 
Le jeu de la pêche aux images permet de concentrer les attentions du groupe (Est-ce qu’il va arriver à pêcher ? Qu’est-ce qu’il va pêcher ?) et de libérer la parole : l’élève commente presque spontanément la carte qu’il a attrapée au moment où il la retourne.
Cette mise en scène me semble particulièrement adaptée aux jeunes enfants, elle leur permet de parler chacun leur tour dans de bonnes conditions d’écoute, avec généralement une forte motivation à s’exprimer.
Ce que ne pourrait pas atteindre un simple « Dites-moi chacun votre tour ce que vous voyez sur une carte… »

Oralbum « Le bonhomme de pain d’épices » et jeu « Cherche la page »

bonhommepaindepice

oralbumpaindepice

Nous avons utilisé le pack de 5 mini-oralbums pour jouer au jeu « Cherche la page ».

Tout comme pour le jeu de la pêche aux images, il s’agit d’amorcer les premières tentatives de « restitution » enfantine de langage oral.

Mais cette situation produit des effets parasites, notamment en petite section :

  • Certains enfants sont plus intéressés par feuilleter le livre que par la recherche d’une image.
  • D’autres ne savent pas encore se repérer dans l’album aux nombreuses pages. S’ils identifient l’extrait à retrouver, ils sont un peu perdus dans la manipulation du livre, oubliant au détour d’une illustration, ce qu’il cherchait.
  • Certains petits mettent du temps à produire un énoncé compréhensible pendant que des joueurs, lassés, écoutent attentivement ce qui se passe ailleurs…Nous devons souvent, trop souvent attendre et le jeu devient laborieux… Alors que la recherche de la page n’apporte rien à l’objectif visé.

S’il s’agit d’amener les élèves à restituer le langage oral de l’album, le jeu de la pêche aux images convient mieux, il me semble,  aux jeunes élèves : le rythme des verbalisations enfantines est plus soutenu,  un enfant pèche, raconte, améliore sa production avec l’aide de l’enseignant puis c’est au tour du voisin. Qu’il ait écouté ou non…
Mais la curiosité des enfants (qu’est-ce qui se cache sous les cartes à pêcher ?…) génère une bonne attention du groupe, produit des conditions plus favorables d’expression des enfants. Contents d’avoir réussi à attraper une image, beaucoup la commentent spontanément.

Oralbum « Boucle d’or » et jeu oeil de lynx

boucledor oralbumboucledor

Les Oralbums, albums à parler, proposent trois niveaux de langage, avec des objectifs syntaxiques et un vocabulaire précis pour chacun.

Ce brevet présente la progression mise en œuvre dans notre classe, à rapprocher des IO  :

  • Écouter l’histoire racontée par l’enseignant ou suivie au coin écoute (phase d’appropriation).
  • S’imprégner du langage précis des cartes
  • Énoncer ce langage en faisant le meneur de jeu.

Oralbum « La reine des sorcières » par Christine

reinedessorcieres oralbumreinedessorciere

Les Oralbumsalbums à parler, proposent trois niveaux de langage, avec des objectifs syntaxiques et un vocabulaire précis pour chacun.

Ce brevet présente la progression mise en œuvre dans notre classe, à rapprocher des IO  :

  • Écouter l’histoire racontée par l’enseignant ou suivie au coin écoute (phase d’appropriation).
  • S’imprégner du langage illustré par les cartes
  • Énoncer ce langage en faisant le meneur de jeu.

Oralbums « Mes poux à moi » et jeu de la pêche aux images

rendezmoimespoux oralbumspoux

Les Oralbumsalbums à parler, proposent trois niveaux de langage, avec des objectifs syntaxiques et un vocabulaire précis pour chacun.

 

Ce brevet présente la progression mise en œuvre dans notre classe, à rapprocher des IO  :

 

  • Écouter l’histoire racontée par l’enseignant ou suivie au coin écoute (phase d’appropriation).
  • Participer, s’exprimer, répondre à des questions pendant le jeu de la pêche aux images (se familiariser chacun à son niveau).
  • Produire des phrases de plus en plus élaborées en
    tenant compte des propositions de l’adulte (se rapprocher au plus près
    du langage de l’oralbum, pour ceux qui en sont capables).

 

Certains enfants seront invités à présenter seul la totalité de l’album, en grand groupe ou en petit comité lors de l’accueil.

 

À noter : 
Le jeu de la pêche aux images permet de concentrer les attentions du groupe (Est-ce qu’il va arriver à pêcher ? Qu’est-ce qu’il va pêcher ?) et de libérer la parole : l’élève commente presque spontanément la carte qu’il a attrapée au moment où il la retourne.
Cette mise en scène me semble particulièrement adaptée aux jeunes enfants, elle leur permet de parler chacun leur tour dans de bonnes conditions d’écoute, avec généralement une forte motivation à s’exprimer.
Ce que ne pourrait pas atteindre un simple « Dites-moi chacun votre tour ce que vous voyez sur une carte… »

 

 

 

Imagiers

Capture d’écran 2016-02-22 à 18.29.22 imagiers2

L’imagier de la classe.

Niveau 1 : Nommer
« Une chaise »
Niveau 2 : Dire  une phrase du type présentatif + Groupe nominal
« Il y a une chaise. »  ou « C’est une chaise. »
Niveau 3 : Faire une phrase complexe  (induite par la photo qui présente un élève en action)  « Voici Kevin qui dessine. » ou « C’est un enfant qui dessine. »

Voir les travaux de Philippe Boisseau mis en cartes tip-top 😉 par Stéphanie  sur son site. Merci <3