Archives de catégorie : Numérique

Imagiers

Capture d’écran 2016-02-22 à 18.29.22 imagiers2

L’imagier de la classe.

Niveau 1 : Nommer
« Une chaise »
Niveau 2 : Dire  une phrase du type présentatif + Groupe nominal
« Il y a une chaise. »  ou « C’est une chaise. »
Niveau 3 : Faire une phrase complexe  (induite par la photo qui présente un élève en action)  « Voici Kevin qui dessine. » ou « C’est un enfant qui dessine. »

Voir les travaux de Philippe Boisseau mis en cartes tip-top 😉 par Stéphanie  sur son site. Merci <3

Application 10 doigts par Christine et Marie

Le brevet proposé par Marie

Marie profite d’une nouvelle fonctionnalité du jeu : choisir les quantités travaillées ! Une mise à jour très interessante.

Capture d’écran 2014-09-17 à 19.34.00Brevet10doigtmarie 1

Le brevet proposé par Christine
Capture_d_ecran_2012-11-19_a_20.17.46

tablette10doigts

Une application de grande qualité

C’est d’abord un monde numérique à explorer du bout des doigts, analyser, mettre en mots.
Différentes activités sont au rendez-vous : correspondance terme à terme, reconnaissance globale de petites quantités (subitizing), dénombrement, constitution de collections témoins de doigts,
décomposition lorsqu’on utilise les deux mains, utilisation de la
bande numérique, lecture de nombre…
La vidéo donne une illustration de cette diversité.
Cet article de Brissiaud sur le Café pédagogique éclaire les enjeux de l’apprentissage du nombre en maternelle.

Un tout petit bémol pour cette application : la voix de l’enfant qui énonce les quantités est mignonne mais n’est pas toujours compréhensible.

Notre parcours

Dispositif

Quatre enfants s’inscrivent à l’atelier où les attendent 2 tablettes Ipad.
Ils jouent chacun leur tour. Bien souvent, pendant qu’un enfant agit, l’autre observe, commente. Cette pause dans le plaisir de faire, cette mise à distance, les échanges, tout cela facilite l’appropriation des concepts en jeu.
Les élèves peuvent participer plusieurs fois à un atelier. (Voir Organisation de la classe.)
Dans notre classe de PS/MS/GS, les sections sont mélangées, les enfants avancent dans les différentes activités autant qu’ils le peuvent, quelque soit leur section. (Voir les ateliers échelonnés)
Le brevet témoigne de leurs parcours.

Trois ateliers sont espacés d’au moins une semaine pour ne pas lasser les enfants.

Atelier 1

– Exploration
Les grands sont parfois déboussolés : qu’est-ce qu’il faut faire ?
Certains petits, comme au début de cette vidéo, tapotent la tablette de façon répétitive. Ça énerve rapidement !
L’observation
des autres, le mélange des sections les sort de l’impasse
motrice. Ils s’engagent dans autre chose : ils expérimentent différentes collections de
doigts sur la tablette.
Pendant cette étape je demande aux enfants d’utiliser soigneusement la tablette : on a les doigts propres, on touche la tablette, pas besoin de taper (ou d’essayer de « cliquer » comme sur un touchpad), on glisse la tablette sur la table pour la passer aux voisins.
– Bilan
Nous mettons des mots sur les découvertes du groupe : lorsque l’on touche la tablette, des étoiles se forment au bout des doigts, autant d’étoiles que de doigts, des escargots apparaissent, autant d’escargots que d’étoiles
– Défi 1
Placer autant de doigts que de dessins (de 1 à 5)
– Défi 2
Placer autant de doigts qu’indique le nombre (De 1 à 10) Une bande numérique ou figure les doigts de la main est proposée à ceux qui le souhaitent.

Atelier 2

– Rappel des règles d’utilisation
– Reprise du défi 1
Placer autant de doigts que de dessins (de 1 à 5) puis essayer d’utiliser les deux mains (décomposition de petites collections)
– Reprise du défi 2
Placer autant de doigts qu’indique le nombre (De 1 à 10) puis, après avoir lu le nombre, le faire les yeux fermés (pour s’imprégner un peu plus des collections témoins de doigts)
– Validation du brevet

Atelier 3

– Atelier autonome
La navigation très simple dans cette application permet aux enfants dès la petite section d’y travailler sans adulte, par groupe de deux : les interactions avec un pair sont au moins aussi riches et passionnantes que celles avec la machine. D’ailleurs, un élève seul sur la tablette décroche beaucoup plus tôt de l’activité.
C’est l’occasion de consolider leurs acquis ou d’essayer un niveau supérieur.
Une dernière entrée dans ce jeu propose de travailler les additions. Certains enfants s’y débrouillent très bien, mais nous sommes ici hors du programme de la maternelle.

Katamino par Christine

Jouer avec le casse-tête Katamino

Capture_d_ecran_2012-11-11_a_17.45.34Brevet pentamino1

Les documents sont à télécharger sur l’excellent « CHD blog d’une enseignante »

Prolongements

Jeu de societé :
Placer chacun son tour une forme qui touche la précédente.
Celui qui ne peut plus en placer perd.

Fiche katamino

fichesUne séquence de cette vidéo montre les enfants en recherche sur cette fiche assez difficile qui permet de travailler la quantité 5 et sa représentation dans l’espace.

Jouer sur tablette

Avec l’application « PentaGénious » pour Ipad, avancer vers plus d’abstraction Capture_d_ecran_2013-01-23_a_10.39.43 Capture_d_ecran_2013-01-23_a_10.39.53

Brevet kataminotablette

Pourquoi un prolongement numérique ?

Inutile de parler de l’attractivité de la tablette et de l’intense enrôlement qu’elle entraine chez les petits (et grands ;-))…

Ce changement de support relance leur intérêt et leur permet d’aller plus loin, sur une activité qui leur est familière.

Les enfants y travaillent sur un support plus abstrait : on est dans la représentation. Mais l’ancrage dans le réel des premières séances permet à tous de s’approprier cette abstraction. 

La diversité des niveaux et activités proposés est plus importante que ce que l’on pourrait réaliser, avec du matériel« en vrai » .
Elle répond bien à la diversité de nos élèves. Les parcours sont individualisés : chacun peut travailler à sa vitesse, aller jusqu’où il peut, en utilisant ou non l’aide. Chaque enfant détermine ses défis à relever dans un cadre fixé par l’enseignant. Cet espace d’auto-détermination donne de meilleur résultats que le travail sous la contrainte (« Fais ce casse-tête… »)

Enfin, et ce n’est pas anodin, les élèves y travaillent par deux, de façon autonome. Pendant ce temps là, je peux enseigner autre chose.