C'est quoi ?

L’atelier échelonné propose d'emblée plusieurs niveaux de difficultés aux élèves. L'enfant y travaille  non pas en fonction de sa section mais en fonction de ses compétences, les sections sont mélangées. Pour déterminer "son meilleur niveau" , il peut s'inscrire plusieurs fois, spontanément ou à la demande de l'enseignant.



Pourquoi ?

L'atelier échelonné répond à l'extrême diversité des enfants de maternelle, même au sein d'une seule section : l'un raconte ses aventures de la veille, l'autre prononce à peine une phrase ; celui-ci commence à écrire à la moindre occasion, celui là trace laborieusement son initiale, un autre lit les chiffres l'air de rien quand son voisin n'a qu'une vision globale de toutes petites quantités.
Le découpage en section n'a pas beaucoup de sens face à cette hétérogénéité, pas plus que de fixer un niveau moyen de compétences à acquérir identique à toute une section.

Pour illustration, cette vidéo :
Des élèves de petite section travaillent sur le même atelier échelonné. Ils témoignent d'un niveau de compétence très différent.
Ce dispositif tente de mettre chacun en apprentissage.
/// ///

Des exemples :

Autour de la numération

Autour de l'espace ici

En langage

En écriture de ce côté


Le travail de l'enfant ?

Les enfants ne prennent pas le niveau le plus facile pour aller jouer illico-presto : dans notre classe les élèves peuvent soit s'inscrire à un atelier, soit aller jouer sur le créneau horaire.
Seules règles : ils doivent avoir participé au moins à un atelier et ne pas déranger la classe lorsqu'ils sont aux coins jeux.
Lorsqu'ils viennent travailler, c'est soit spontanément (et ils donnent bien souvent le meilleur d'eux-même), soit à la demande de l'enseignant qui les accompagne alors tout particulièrement.

En proposant plusieurs activités au sein de l'atelier et en permettant à l'enfant de l'explorer plusieurs fois, ce dernier peut se tromper, recommencer, tenter un travail voisin, un plus ou moins difficile, ou celui de la copine qu'il a observée... L'atelier échelonné offre à l'enfant les moyens de travailler à son meilleur niveau.
Les enfants "rapides" (voir précoces) ne s'ennuient pas et s'épanouissent, les enfants "plus lents" progressent à leur vitesse, en venant parfois plusieurs fois ou en travaillant d'abord sur un niveau inférieur, les "timides" prennent confiance en eux dans des activités qu'ils maîtrisent déjà avant de tenter leur défi lors d'un second passage, des petits bouts doudouninin s'emparent de la consigne lors du bilan et s'engagent pleinement dans le travail scolaire lors d'un autre passage.
Dans ce dispositif, pour l'enfant, apprendre, c'est chercher à progresser le plus possible, chercher à se surpasser.

Qui a fait quoi ?

La trace de leur parcours est noté sur un brevet à destination de l'enfant et des familles, ou sur d'autres supports .



Nous regroupons ces brevets au fil des semaines sur le cahier d'élève de l'enfant.
En proposant des ateliers échelonnés sur les différents domaines d'activités, chaque enfant suit un parcours individualisé sans que j'aie eu à me cloner en 25.


Pour savoir de mon coté ou en est chaque élève, je note sur les listes d'inscription aux ateliers le niveau de compétence acquis et le nombre de passages.


Ces listes témoignent de ces parcours et sont collées dans mon cahier journal.

Celui de la rentrée scolaire en PS/MS se trouve de ce coté
On y retrouve des ateliers échelonnés et des brevets.

Bonne lecture ;-)
Billet modifié en Août 2O11
Christine