L’atelier échelonné

Plusieurs niveaux de difficultés sont proposés au sein d’un atelier. Les enfants les investissent non pas en fonction de leur section, mais en fonction de leurs compétences.  

Les sections y sont mélangéesdans l’esprit des cycles d’apprentissages.

C’est au contact de mes élèves de petite, moyenne et grande sections que j’ai imaginé ce dispositif. Certains petits peuvent effectuer le travail de moyens, certains grands ont encore besoin du travail des moyens pour consolider leurs apprentissages, les plus experts progressent en expliquant aux autres : aménager un temps d’ateliers toutes sections confondues s’avère enrichissant pour tout le monde.

Pourquoi ?

L’atelier échelonné est une façon de répondre à l’extrême diversité des enfants de maternelle, même au sein d’une seule section. Il existe d’autres réponses possibles.

Cette vidéo illustre la diversité des élèves de maternelle : on y voit uniquement des enfants de petite section.

En s’inscrivant plusieurs fois, l’enfant va pouvoir construire son propre parcours, indépendamment de ce que l’on projette pour lui, pour sa section, en gardant les compétences de fin de cycle comme horizon.

Quel niveau à l’atelier ?

J’essaie autant que possible de laisser les enfants choisir par eux-même le niveau de l’atelier. Même si parfois, je pense qu’ils se trompent (et il arrive que ce soit l’inverse !)
Ils naviguent dans la graduation proposée et petit à petit prennent conscience de ce dont ils sont capables. Ils cernent mieux les composantes d’un apprentissage, ses orientations et peuvent se situer : voilà ce que je sais faire, voilà ce qu’il me reste à apprendre.
Nous ne perdons pas de temps à les laisser mieux se connaitre en tant qu’élève, à les laisser mieux comprendre les attentes scolaires.

La conférence de Joëlle Proust au collège de France : « L’importance de la métacognition »

Exemples

Niveau 1 : L’enfant place des mosaïques sur la grille et développe sa motricité fine, sa sociabilité quand il travaille auprès d’autres personnes, partage le matériel et respecte l’espace de chacun. (Enfin, c’est le but !)

Niveau 2 : L’enfant remplit les cases de mosaïques en respectant les couleurs.

Niveau 3 : L’enfant place des mosaïques dans les cases en tenant compte de la quantité et de l’orientation représentée sur des cartes consignes.

Un brevet peut encadrer ce type d’atelier.

Télécharger ce brevet et cartes consignes sur le répertoire

Quand l’atelier échelonné est une fiche

En fonction de ses compétences (et de sa concentration) l’enfant colorie jusqu’à son meilleur niveau, parfois en participant plusieurs fois.
(Extrait de mon fichier l’Abécédaire à constuire.)

Quand les ateliers échelonnés dessinent un parcours

Il s’agit dans ce cas de progresser le plus loin possible dans un parcours d’ateliers de plus en plus complexes comme présenté ici.

Niveau 1 : Les enfants enregistrent les répliques d’un album de randonnée très simple.

Niveau 2 : Ils inventent une histoire à partir de nouveaux personnages.

Niveau 3 : Ils enregistrent les répliques inventées.

Des enfants de petite section ayant un très bon niveau de langage ont participé aux activités de niveaux 2 et 3.

Capture d’écran 2016-01-12 à 13.38.03


Pour en savoir plus sur cet atelier…

Quand l’atelier échelonné est un défi

Arriverez-vous à construire un monstre ?
Un monstre avec des cheveux et des dents ?
Avec 4 dents bien alignées et 5 cheveux comme celui là ?

 

Défi pâte à modeler

Télécharger le brevet sur le répertoire

La place de l’échec

Le brevet donne a voir les réussites des élèves et on veille à ce que tous les enfants puissent y retrouver leurs efforts.
En creux, il présente aussi ce que ne sait pas faire l’enfant.
C’est grave docteur ?
Pour moi, cela indique à l’enfant que l’on est toujours en apprentissages et que l’on peut toujours évoluer. Dans notre classe, l’échec n’est pas « honteux ». Il constitue un des temps du parcours. D’ailleurs, les enfants savent qu’il existe toujours un niveaux 5 étoiles qu’ils ne sauront pas réaliser !
Ce qui les motive c’est jusqu’où pourront-ils aller ? À moi de nourrir leur soif d’apprendre.

Merci au Café Pédagogique qui a publié cet article dans ses colonnes.

Article mis à jour en juillet 2017

Editions Maternailes

Publié par

Christine

auteure de Maternailes.net

31 réflexions au sujet de « L’atelier échelonné »

  1. Bonjour Christine
    J’espère que ta rentrée s’est bien passée ?!
    Je me lance enfin dans les ateliers échelonnés petit à petit avec mes PS/MS… Mais j’ai déjà quelques difficultés dans l’organisation ! L’atelier avec moi est échelonné avec des PS-MS, celui avec l’ATSEM aussi mais je me retrouve avec 2-3 ateliers autonomes ayant des PS-MS mélangés avec des niveaux de compétence totalement différents (surtout en début d’année avec des MS qui carburent pour la plupart !!) et je ne les vois pas s’emparer d’un brevet tout seul.
    Du coup, je cherche constamment des activités qui peuvent être réalisées à la fois par des PS tous « frais » et des MS déjà élèves avec une seule consigne simple (puisque pas d’adulte avec eux…)
    Comment fais-tu pour ces ateliers là ?

    De plus, il y a certains ateliers qui ne s’adressent qu’aux PS ou qu’aux MS mais, avec ce système d’inscriptions, est-ce qu’il n’y a pas que 2 élèves parfois sur leur atelier ?
    Je précise que j’ai 15 PS et 11 MS, donc quand les MS font 2 ateliers qui leur sont réservés, les PS doivent en faire 3…
    Un vrai casse-tête pour moi pour le moment !

    Merci d’avance pour ton aide 🙂

    1. Bonjour Julie

      Je ne comprends pas toutes tes questions ( quand les MS font 2 ateliers qui leur sont réservés, les PS doivent en faire 3…) J’ai l’impression qu’il te manque des infos.
      Ici l’emploi du temps détaillé
      http://maternailes.net/pratiques/emploidutemps/emploidutemps.html
      Ici, les rouages de l’organisation
      http://maternailes.net/pratiques/organisation/organisation.html

      Pour répondre à tes questions, en début d’année, je ne mets que des ateliers autonomes pour mettre en place le cadre et le climat de la classe. J’en ouvre deux à la rentrée, parfois trois en fonction des années. Les coins jeux sont ouverts en même temps que les ateliers. Les brevets sont introduits plus tard, les PS ne les gèrent pas en autonomie.
      Sur cet article, tu trouveras la premiere semaine de rentrée à la loupe avec des vidéos et le semainier effectué.
      http://maternailes.net/leblog2/rentree-en-maternelle/

      Bonne continuation
      Christine

  2. Bonjour,

    bravo pour ce gigantesque travail! je voudrais avoir une précision : quelle est la différence entre les ateliers échelonnés et les ateliers libres de manipulation que tu proposes dans ton emploi du temps multi niveaux? merci beaucoup

    1. Bonjour,

      Les ateliers échelonnés proposent plusieurs niveaux de difficultés et sont réalisés en groupe. Les échanges entre les enfants sont nombreux.
      http://maternailes.net/leblog2/latelier-echelonne/

      Aux ateliers individuels de manipulations, l’enfant y travaille généralement seul avec du matériel à manipuler. Il peut y avoir plusieurs niveaux de difficulté aussi.
      http://maternailes.net/leblog2/ateliers-individuels-de-manipulation-periode-1/

      Au plaisir
      Christine

  3. Bonjour,

    À la rentrée j’aurai une classe de PS/MS/GS (première année de maternelle apres 6 ans de cycle 2). Vos pratiques de classe m’intéressent (inscriptions libres aux ateliers, ateliers échelonnés…). Je me pose tout de même une question concernant vos programmations, comment sont-elles conçues? (Pas par niveau de classe je suppose, sauf pour certaines compétences plus complexes liées au niveau GS).

    Merci par avance pour votre réponse et pour tout ce travail partagé.

    1. Bonjour Pauline et bienvenue en maternelle,

      Je ne fais pas de programmation.
      Les compétences de fin de cycles sont en ligne de mire en permanence et les « programmations » se font au présent, dans le fil de la vie de la classe.

      Bonne aventure

  4. Bonjour

    Est-il possible d’envisager un fonctionnement en ateliers échelonnés avec 20 grands et 10 moyens en début d’année ? (bruit des coins jeux etc… )
    Peut-on envisager tout d’abord un fonctionnement en groupes de couleur et glisser progressivement par le système d’ateliers autonomes et/ou échelonnés ou faut il « sauter » tout de suite dans l’inscription volontaire ?
    Je crains que les moyens qui ont eu une année de petits très perturbée avec des absences prolongées non remplacées ne soient tentés que par les coins jeux.

    Merci d’avance !

  5. Bonjour Christine,
    Tout d’abord un grand merci pour ton site qui est une mine d’or et qui m’a permis de me lancer dans la mise en place des ateliers échelonnés .
    Je voudrais maintenant mettre en place les brevets.
    Je pensais, dans un premier temps, les associer plutôt aux ateliers individuels de manipulation avant de les inclure dans les ateliers dirigés , qu’en penses-tu?
    D’autre part, je me pose une question matérielle, sachant que j’ai des MS.
    Comment présentes tu les brevets vierges, comment les enfants ont accès à la bande papier « brevet »? Ils sont à disposition des enfants (mais alors de quelle manière?) et peuvent les prendre quand ils veulent les valider? Ils les ont tous photocopiés sur un cahier et ils valident ceux qu’ils souhaitent?
    Enfin, nous avons un carnet de suivi individuel dans notre école. Astu un carnet de suivi en supplément des brevets? Auquel cas, comment utilises-tu les brevets pour remplir le carnet de suivi? Avec la participation de l’enfant ou pas?
    Merci encore pour toute cette richesse!

    1. Bonjour Anne,

      « Je voudrais maintenant mettre en place les brevets.
      Je pensais, dans un premier temps, les associer plutôt aux ateliers individuels de manipulation avant de les inclure dans les ateliers dirigés , qu’en penses-tu? »

      J’adhère : ça leur permettra de découvrir tranquillement les brevets.

      « Comment présentes tu les brevets vierges, comment les enfants ont accès à la bande papier « brevet »? Ils sont à disposition des enfants (mais alors de quelle manière?) et peuvent les prendre quand ils veulent les valider? Ils les ont tous photocopiés sur un cahier et ils valident ceux qu’ils souhaitent? »

      Voilà comment ça se passe dans ma classe. Il y a une liste des élèves dans chaque barquette des ateliers individuels de manipulation. L’enfant ou moi, notons le niveau de réussite. Au bout de plusieurs passages ou quand l’enfant se sent prêt ou à ma demande, nous faisons la preuve du niveau réussi et nous notons ça sur le brevet.
      La validation se fait avec moi, les brevets sont collés ensuite dans le cahier d’élève.

      Enfin, nous avons un carnet de suivi individuel dans notre école. Astu un carnet de suivi en supplément des brevets?
      Non 😉

      @micalement

  6. Bonjour !

    Ca y est, je me lance aussi dans ce système d’ateliers échelonnés… Ma question porte au niveau de l’organisation des inscriptions. Je pensais utiliser un système d’inscription avec étiquettes sur des boîtes métalliques, comme vous. Je me pose une question pratique :
    Lorsqu’un élève a terminé son atelier, il passe son étiquette dans la fente. Il n’a alors plus d’étiquette, il ne peut donc pas choisir un nouvel atelier pour le moment, c’est bien ça?
    Si tous les élèves sont en activité, qu’il reste des places à certains ateliers et qu’un élève ayant fini un atelier souhaite en démarrer un nouveau, comment procèdes-tu?
    Peut-il ouvrir la boîte et récupérer son étiquette quand bon lui semble? Ou est-ce l’enseignant qui, à un moment donné, ouvre toutes les boîtes et autorise les élèves à les récupérer tous en même temps pour pouvoir faire un deuxième atelier dans le créneau horaire?

    Merci d’avance pour ta réponse,

    1. Bonjour Marine,

      « Si tous les élèves sont en activité, qu’il reste des places à certains ateliers et qu’un élève ayant fini un atelier souhaite en démarrer un nouveau, comment procèdes-tu? »

      Quand tout le monde a fait un atelier, je sors les étiquettes des boites, vérifie que tout le monde à bien cocher son passage dans la liste et je les replace dans le tableau des présents.
      Ceux qui le souhaitent peuvent alors faire un second atelier.

      « Peut-il ouvrir la boîte et récupérer son étiquette quand bon lui semble?  »
      Non, cela évite le papillonnage, cela me permet aussi de m’occuper aussi de ceux qui ne viennent pas d’emblée s’inscrire.

      A+

  7. Bonjour Christine,

    Cela fait plusieurs jours que je parcours ton site et je le trouve merveilleux… « Merveilleux » est même un faible mot ! Il me donne des tas d’idées…
    T2, je suis cette année brigade. Je commence, en période 1, par des remplacements de formation continue, ce qui me permet de voir plein de pratiques de classe. J’ai, au début de la semaine, été dégoutée du travail sur fiche, en remplaçant une enseignante de MS qui ne semblait faire que cela.
    J’ai débuté en MS, j’adore la maternelle, et cela m’a vraiment donné envie de repenser le fonctionnement des ateliers.
    Si j’obtiens un poste en maternelle bientôt, j’adorerais fonctionner en ateliers échelonnés et utiliser les brevets. J’espère que j’oserai me lancer ! En attendant, je me documente pour être prête.

    Je me pose cependant quelques questions…
    – Quand les élèves réalisent un brevet en autonomie, doivent-ils le laisser sur la table pour que tu puisses venir ensuite le valider ? On ne peut pas avoir l’oeil partout, et j’imagine que si on est en atelier dirigé avec un autre groupe, il est difficile de valider un brevet en autonomie dès qu’il est fini.
    – Comment construis-tu ton cahier journal, puisque les élèves s’inscrivent dans l’atelier qui les intéressent ? J’entends par là, combien de temps proposes-tu un atelier ? Attends-tu que tous les élèves soient passés ? Si c’est cela, tu ne peux donc pas beaucoup anticiper ta semaine, si ?

    Merci encore pour tout ce beau partage. Je suis ravie et impatiente de retrouver des petits bouts de maternelle…
    Louise

    1. Bonjour Louise,

      Merci pour ton message, la maternelle EST merveilleuse 😉

      – Quand les élèves réalisent un brevet en autonomie, doivent-ils le laisser sur la table pour que tu puisses venir ensuite le valider ? On ne peut pas avoir l’oeil partout, et j’imagine que si on est en atelier dirigé avec un autre groupe, il est difficile de valider un brevet en autonomie dès qu’il est fini.

      Les grandes sections entourent ce qu’ils pensent avoir réussi et rangent leur brevet dans leur pochette.
      Ils doivent me faire la preuve de leur réussite en déut d’AM. On met alors le tampon et on en profite parfois pour essayer un niveau différent.

      Pour les PS/MS, pas de brevet en autonomie.

      Combien de temps proposes-tu un atelier ? Attends-tu que tous les élèves soient passés ? Si c’est cela, tu ne peux donc pas beaucoup anticiper ta semaine, si ?

      J’anticipe les ateliers par poste : j’ai toujours d’avance un ou deux ateliers autonomes, un atelier avec ATSEM et, en fonction du moment, un atelier dirigé. Dès qu’un de ces ateliers se termine, je le remplace et j’ajuste en faisant des copier coller dans mon semainier.

      Au plaisir,
      @micalement

  8. Bonjour Christine,
    Quel bonheur ce partage! J’ai commencé à proposer des brevets à mes élèves et je souhaiterais qu’ils les investissent plus tard en autonomie, puis évaluation avec moi, qu’en pense-tu? D’autre part, que penser du fait que certains veulent commencer directement par le niveau le plus difficile, faut-il les contraindre à respecter le degré de difficulté afin de leur faire ressentir la progression liée à la difficulté de la t^che. D’autre part, comment programmer le retour sur les brevets, sachant que le matériel n’est pas toujours à disposition. Il faut alors reprogrammer des cycles sur les « anciens brevets » qui n’auraient pas été tous validés dans une certaine semaine!? Je pensais proposer 4 brevets pour 12 enfants, ça me permettrait d’avoir assez de matériel das certains cas, qu’en penses-tu? merci et encore bravo.

    1. Bonjour Christelle,

      Quel bonheur ce partage!
      Oui, de ce côté de l’écran aussi 😉

      J’ai commencé à proposer des brevets à mes élèves et je souhaiterais qu’ils les investissent plus tard en autonomie, puis évaluation avec moi, qu’en pense-tu?

      La gestion autonome des brevets me semble possible avec des GS. Je leur demande quand même de me faire « la preuve » de ce qu’ils ont validé avant de mettre mon tampon dateur. Il ne s’agit pas de méfiance, mais plutot de donner de la valeur à ce que l’on indique dans le brevet. C’est sérieux !

      La gestion autonome en dessous de la GS me parait plus délicate, mais cela dépend du groupe aussi.

      « D’autre part, que penser du fait que certains veulent commencer directement par le niveau le plus difficile, faut-il les contraindre à respecter le degré de difficulté afin de leur faire ressentir la progression liée à la difficulté de la t^che. « 

      Rien n’est figé, je crois que c’est important de faire comme on le sent. De plus, ça varie aussi avec le type d’atelier.
      J’essaie de laisser autant que possible les enfants choisir leur niveau, même s’il ne me semble pas correspondre (on a parfois des surprises) et de les pousser à donner le meilleur d’eux même.
      Cet article l’évoque en détail
      http://maternailes.net/leblog2/atelier-echelonne-choisir-le-niveau/

      D’autre part, comment programmer le retour sur les brevets, sachant que le matériel n’est pas toujours à disposition. Il faut alors reprogrammer des cycles sur les « anciens brevets » qui n’auraient pas été tous validés dans une certaine semaine!?

      Ce serait la solution idéale si nous avions 12 élèves par classe. C’est impossible à mener dans nos conditions. Je ne reviens pas sur les anciens brevets, même si l’enfant a progressé, la date indique son niveau à un moment donné, niveau qui évoluera dans d’autres situations, à d’autres dates.

      Je pensais proposer 4 brevets pour 12 enfants, ça me permettrait d’avoir assez de matériel das certains cas, qu’en penses-tu?

      Il faut que tes élèves soient déjà à l’aise avec les brevets. Parfois je me contente de noter le niveau atteint sans faire forcément de brevets pour alléger un peu. A toi de voir en fonction de tes élèves.

      Au plaisir,
      Christine

  9. Bonjour,

    Bravo pour cet énorme travail et merci beaucoup pour tout ce partage enrichissant qui me permet de me questionner encore davantage sur ma pratique.

    Je suis jeune enseignante et j’essaye d’améliorer le fonctionnement de mes ateliers. Je fonctionne également par inscription autonome des élèves en essayant de proposer des ateliers échelonnés.
    Mon questionnement du moment est sur l’affichage des ateliers. As-tu un exemple d’affichage que tu mets en place où les élèves peuvent voir les ateliers proposés et les niveaux de chaque atelier ?

    Merci d’avance et encore merci pour tout ce partage !

    1. Bonjour Maricha

      Merci pour ton message 😉

      Mon questionnement du moment est sur l’affichage des ateliers. As-tu un exemple d’affichage que tu mets en place où les élèves peuvent voir les ateliers proposés et les niveaux de chaque atelier ?

      Vois ici, sur le fil Twitter
      http://t.co/7z8P8zadwf
      Ou là sur le site
      http://maternailes.net/pratiques/langagescolaire/langagescolaire.html#chap2

      Les niveaux de difficultés sont évoqués à la table de l’atelier, autour du matériel.

      A+
      Christine

  10. Bonjour Christine
    je viens par ce petit mail te remercier pour ton partage !
    Après 10 ans de CP je viens avec bonheur en maternelle.
    Après différentes lectures et recherche, ton organisation répond à ce que je souhaite mettre en place.
    Tous tes conseils me donnent confiance pour me lancer ! Merci encore !

  11. Bonsoir Christine
    Je débute cette année après avoir eu le concours l’an passé et je loue ton travail qui me permet de mettre en oeuvre en classe ce que je glane au cours de mes navigations. J’ai commencé à faire travailler mes élèves sur les fiches d’écriture et de discrimination des chiffres de 1 à 3 mais je ne trouve pas les fiches suivantes (de 4 à 9) même si les brevets apparaissent. Serait-il possible de les avoir afin de poursuivre le travail engagé sur un support identique? Ma demande, je l’espère ne te paraitra pas trop excessive ou malvenue. J’avoue que ce début d’année est vraiment difficile et ton travail me permet d’avancer et de me construire en tant que professionnelle de l’éducation et je sais que je ne suis qu’au début du chemin. En te remerciant et en espérant pouvoir un jour te rendre ou donner à d’autres ce que tu as pu m’apporter.
    Cordialement

    Claire

  12. Bonjour,
    J’apprécie énormément de travailler avec votre méthode d’ateliers échelonnés. Je viens de commencer en maternelle car avant j’étais plutôt abonnée aux cycle 3. Du coup je souhaiterai apporter ma pierre à l’édifice en publiant les brevets que je fabrique pour ma classe mais je ne sais pas comment faire pour les ajouter sur votre site. Merci de votre aide.
    Audrey

    1. Bonjour Audrey,

      Merci pour ton message 😉
      Tu m’envoies tes brevets par mail, plutôt par .pdf si tu peux. Je me charge de les publier.

      Au plaisir
      @micalement
      Christine

  13. Merci pour ce merveilleux site et cette si belle idée de l’enseignement …. cette classe donne envie d’y retourner, élève et de savourer, profiter, découvrir, s’enrichir … merci pour tous les « trucs » partagés :-)) je puise, je puise, je puise

  14. Bonjour Christine,
    je peaufine mes préparations pour mon fonctionnement de classe (C’est un peu moins physique que de rentrer les bûches 🙂 ) et j’ai donc deux petites questions. Les élèves doivent-ils réaliser un atelier sur la journée ou la demi-journée ? Et l’atelier dirigé compte-t-il ou est-il en plus de l’atelier échelonné ?
    Vous remerciant.
    Céline B.

  15. Bonjour Christine,

    Je prépare ma rentrée en maternelle… TPS/PS ! J’ai lu beaucoup de choses très intéressantes. Mon objectif était de travailler (modestement) comme les ateliers Montessori. Mais j’ai quelques inquiétudes et je pense qu’il faut que je prenne mes marques avant (ayant enseigné 10 ans en élémentaire).
    Et là je tombe par hasard sur ton site… et je me dis, mais voilà ! C’est comme cela que je souhaiterais organiser ma classe. Et pour la première fois je me vois très bien travailler comme tu l’expliques si bien.
    Mais j’ai toujours quelques inquiétudes… J’aurai une classe de 30 élèves 6 TPS et 24 PS… Penses-tu que ce fonctionnement soit possible ?
    Aurais-tu quelques conseils à me donner ?
    Quoi qu’il en soit, bonne rentrée !!

  16. Bonjour Christine,
    tout d’abord bravo pour tout ce travail et merci de le partager.
    J’ai essayé les ateliers échelonnés avec une classe de MS à partir de mars de l’année qui vient de s’écouler. Ceci m’a donné goût à l’enseignement en maternelle (j’ai passé 6 ans en élémentaire). Les 4 ateliers sur la semaine ne correspondaient pas à ma vision de l’enseignement.
    Avec les ateliers échelonnés les enfants demandeurs sont contents de pouvoir faire autant d’activités et les autres sont contents de pouvoir aller jouer avant de se mettre au travail.
    Ceci dit, je voulais savoir si vous empêchiez les élèves de revenir à une activité qu’ils ont terminée si tous les élèves n’y sont pas passés.
    Vous remerciant.
    Céline B.

    1. Bonjour Céline,

      Ceci m’a donné goût à l’enseignement en maternelle (j’ai passé 6 ans en élémentaire)
      Merci pour ces lignes 😉

      Ceci dit, je voulais savoir si vous empêchiez les élèves de revenir à une activité qu’ils ont terminée si tous les élèves n’y sont pas passés.

      ça m’arrive quand je vois que certains n’arrivent pas à participer à une activité. Il faut aussi leur laisser une place et généralement ils le comprennent.
      Rien n’est figé.

      @micalement

  17. Bonjour,

    je suis très intéressée par votre fonctionnement ayant cette année une classe de PS/GS
    Je voulais savoir si il y avait une bibliographie récapitulant votre fonctionnement ?

    merci

    Muriel B.

    1. Bonjour Muriel,

      Je voulais savoir si il y avait une bibliographie récapitulant votre fonctionnement ?
      Non, tout est là, un peu en vrac c’est vrai 😉

      @micalement

      1. Bonjour Christine, j’ai longuement lu ton site et ton fonctionnement (j’avais utilisé le principe des brevets quand j’avais une GS-CE1 il y a 2 ans).
        Je pars en PS-MS à la rentrée et je suis totalement perdue…

        Ton fonctionnement me paraît tellement cencé, logique et intéressant que je suis tentée de le mettre en place !
        Mais une chose me retient : j’ai déjà faite mes programmations (fondées sur celles d’Armelle, PS-MS) à partir des repères pour chaque fin de section. J’ai besoin de repères stricts qui me disent où je vais (étant jeune enseignante). Or mes programmations vont à l’encontre de ton fonctionnement où il ne faut pas viser une compétence de fin de PS, MS et GS, tu vises uniquement les compétences de fin de cycle.

        Du coup je ne vois pas comment fabriquer les brevets, je le faisais en GS mais je m’appliquais à faire évoluer la difficulté de la tâche, mais restait toujours propre à la GS, à un seul niveau par le fait.

        J’ai peur de me perdre avec des brevets PS-MS.

        Je n’ai pas trouvé d’exemples de programmations sur ton site alors je me demande comment t’organises-tu à l’année pour tes programmations ? Ca m’intrigue vraiment… je pense que pour un fonctionnement comme ça, il faut des programmations appropriées…

        Dis-moi en plus du cahier où figure les brevets, dans ton école donnez-vous un livret de compétences (en PS, MS, GS). Il y a un livret de cycle 1 dans mon école avec tout le blabla des compétences qui sont une liste infinie pour les parents…. Je n’aime pas ça…

        Excuse moi pour tout ce flot de questions, je panique la rentrée est dans une semaine, et je sais pas comment je dois fonctionner, c’est l’inconnu total…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *