Emploi du temps petite moyenne et grande sections

  1. L’emploi du temps en liens
  2. Des choix contre-versés
  3. Une matinée de septembre en vidéo
  4. Organisation de la classe en carte heuristique
  5. Comment le jeu façonne le cerveau (Article « Cerveau et Psycho)

L’emploi du temps en liens

Cliquer sur l’image pour acceder à la version .pdf. Elle présente des liens vers différents articles qui détaillent l’organisation de la classe.

2. Des choix contre-versés

Place de la récréation :
L’organisation de la classe peu génératrice de stress pour l’enfant permet de placer la récréation en fin de matinée sans faire monter la tension au sein de la classe, sans qu’un besoin impérieux de « coupure » se fasse sentir avant de repartir au labeur ! La classe est pensée pour que les enfants y soient bien et l’ambiance de classe en atteste (voir les vidéos du site).
Dans cette organisation adaptée à la petite enfance, mes élèves peuvent sans soucis attendre 11H pour galoper librement dans la cour et mettre en oeuvre les apprentissages sociaux inhérents à la récréation.
Cela nous permet de gagner le temps d’un habillage déshabillage toujours conséquent en maternelle. Du temps gagné pour faire autre chose qu’enfiler ses chaussures les uns sur les autres dans le couloir.
Et cela permet aux petits de ne pas être en récréation en même temps que les géants d’élémentaire de notre petite école de village.

Le temps calme, la sieste :
« L’école doit respecter le rythme veille-sommeil des enfants car il est une composante importante de leur développement.
Lorsque les enfants se réveillent d’eux-mêmes, ils sont plus vigilants et attentifs, plus réceptifs et disponibles pour apprendre que lorsqu’on a écourté ou supprimé leur sieste. Ce qui compte, c’est la capacité des enfants à mobiliser leurs ressources intellectuelles et à s’ouvrir au message du maître, puis à le “traiter”, et non la quantité de temps passé en apprentissage, surtout s’ils sont somnolents ou s’il leur faut du temps pour « sortir de leurs rêveries ». Extrait d’un article d’Hubert Montagner, sur le Café Pédagogique
La sieste et le temps calme pour les MS/GS sont ritualisés dans notre classe.

L’esprit des cycles d’apprentissages :
Depuis la mise en place des cycles en 1989, les élèves doivent progresser à leur rythme au sein d’un cycle d’apprentissages. Ils ont trois ans pour acquérir les compétences de fin de cycle.
Notre progression se construit au fil des mois, en fonction des élèves, de nos passions et détours fructueux, avec toujours les compétences de fin de cycle en ligne de mire. 
Je prépare, organise ma classe dans cet esprit. Les trois sections sont donc bien souvent mélangées au sein même des ateliers échelonnés. Ils permettent aux enfants quelle que soit leur section de suivre leur propre parcours, les brevets les aidant à le percevoir et à le réguler.
Avec une modulation pour les grandes sections qui ont des activités qui leur sont dédiées dans cet emploi du temps. Les ateliers autonomes du matin et le temps dirigé de l’après-midi permettent d’affiner ce parcours en fin de cycle.

Gestion progressive du groupe classe :
Que cela soit pour l’ouverture des ateliers ou le rangement,  leur mise en oeuvre s’effectue de façon progressive, sans rassembler toute la classe. Un corpus d’élève volontaire vient s’inscrire aux ateliers tandis que d’autres jouent et petit à petit tout le monde fera un atelier et participera aux coins jeux, espaces d’apprentissages multiples. On range un coin jeu, puis un autre avec d’autres enfants et petit à petit, toute la classe.
Cela peut heurter notre représentation du métier : l’enseignant réunit ses élèves pour leur donner la consigne, il frappe dans ses mains pour initier le rangement collectif, voilà des postures typiquement scolaires. Là, on est à l’école !
Des situations typiquement inadaptées aux élèves de maternelle : ils ne maîtrisent pas encore les échanges collectifs, les attentes de l’école, certains ne savent pas forcément suivre une autre instance que leurs pulsions. On les voit parfois imiter la maîtresse, ils frappent dans leurs mains en criant « on range » de table en table, sans pour autant s’y mettre.
La gestion progressive du groupe classe me permet de faire de ces temps de véritables temps d’apprentissages, d’enseigner le langage de l’école, la posture d’élève et de cibler mon action auprès de ceux qui en ont le plus besoin.
Par ailleurs, et ce n’est pas anodin, cette pratique est moins stressante pour les enfants (comme les adultes) qu’une gestion frontale de la classe peuplée d’enfants qui ne comprennent pas encore nos mots et nos attentes.

3. Une matinée de septembre en vidéo

Ces films ont été tournés en septembre 2018, pour présenter la vie de la classe aux parents d’élèves lors de la réunion de rentrée.

Accueil et rituel des présents

Pour aller plus loin :
Emploi du temps et gestion des groupes

Plan de travail avec les GS

Pour aller plus loin :
Le plan de travail en GS
Ressources :
Fiches logicos
Brevets kaplas

Les ateliers PS/MS/GS

Pour aller plus loin :
La passation de consigne en maternelle
L’inscription aux ateliers
L’atelier échelonné
Le brevet ?
Ressources :
Module de graphisme autour du trait
Brevets Maxicoloredo

Rangement et regroupement

Pour aller plus loin :
Les coins jeux

Motricité

Il fait bon vivre et apprendre dans notre classe unique maternelle grâce notamment aux effectifs « humains » cette année là : 25 inscrits et 22 présents le jour du tournage.

4. Organisation de la classe en carte heuristique

Ou comment s’articulent les choix pédagogiques présentés en partie dans l’emploi du temps :

5. Comment le jeu façonne le cerveau

Je fais une grande place au jeu dans notre organisation, grand vecteur d’apprentissages multiples.
Dans le magazine « Cerveau et Psycho » d’avril 2018,  les résultats des recherches les plus récentes montrent que jouer librement est d’une importance capitale pour le développement cognitif et social. (Merci @PhilRoederer )

 Comment le jeu façonne le cerveau

Publié par

Avatar

Christine

auteure de Maternailes.net