Dans la classe de TPS/PS de Sandrine

Sandrine partage ici son expérience, les pistes qu’elle a empruntées avec ses petits de 2, 3 ans.
Nous voilà un peu plus riche ! Merci  😉

J’ai démarré à la rentrée de septembre 2013 les ateliers échelonnés avec ma classe de 23 TPS/PS. Depuis deux ans que j’étais en maternelle, j’avais un fonctionnement « classique » : des groupes de couleur, des ateliers imposés qui tournaient sur 4 jours, un lancement de consignes en grand groupe …

MVC-003S

 Mais au bout de ces deux ans beaucoup de choses me déplaisaient

* le lancement en collectif, alors même qu’en fin d’année la majorité de mes petits ne connaissaient pas la couleur de leur groupe, donc ne voulant totalement rien dire pour eux (« les rouges vous allez faire des boudins en pâte à modeler » … aucun ne se sentait concerné).

* la façon d’imposer les activités, presque de visser sur une chaise des enfants dès leur entrée à l’école, leur demandant une posture d’élève dont certains étaient très loin

C’est alors que j’ai trouvé le site maternailes et ses ateliers échelonnés. Bien sûr, une crainte m’a saisie : comment faire avec des TPS/PS ? Ne seront-ils pas trop petits ? 

Alors j’ai trouvé, pour l’instant, un mode de fonctionnement qui va bien : après l’accueil, je débarrasse deux tables où j’installe les ateliers, je fais marcher une petite cloche pour dire que les ateliers sont ouverts et les petits vont s’installer où ils veulent. J’explique à chaque table les consignes et je note qui s’est installé. Je propose aussi l’atelier de l’ATSEM, les enfants intéressés viennent s’y installer aussi.

Je ne fais pas deux rotations consécutives, car cela fait un temps trop long d’activités en classe. J’ai morcelé l’emploi du temps en plages de 30 minutes, en alternant phases d’ateliers, de regroupement, ou d’action (récré ou motricité), ce qui rythme la journée et ne laisse pas de trop grands moments où les enfants pourraient s’énerver (ce qui était le cas en début d’année).

Avant la deuxième session d’ateliers, je montre les photos de la première session pour que nous revenions sur les réussites par rapport aux objectifs et je réinvite à participer aux différents ateliers.

Les enfants peuvent refaire plusieurs fois le même atelier, bien sûr, mais ils savent aussi que la priorité est donnée à ceux qui ne l’ont pas encore fait. On leur apprend alors à partager, attendre, respecter l’autre … pas facile à trois (et a fortiori 2) ans !

maxicoloredo

Par contre je me heurte encore à des difficultés : l’extrême hétérogénéité des enfants, de leur temps de concentration, de leur intérêt. Certains ateliers sont pris d’assaut (le sable, les tablettes) et d’autres un peu plus boudés (les maxicoloredo par exemple). Il faut être réactif pour changer d’atelier en cours de semaine si un atelier n’intéresse plus personne par exemple.

Mais le fait que les coins jeux restent ouverts, ainsi que les tablettes, les puzzles, le coin bibliothèque, les ordinateurs… fait que tout le monde trouve quelque chose qui l’intéresse, quelque chose de constructif, et donc n’est pas perturbateur.

perenoel

Bien sûr il faut rappeler gentiment mais fermement qu’on ne crie pas, qu’on ne s’énerve pas aux coins jeux mais une fois qu’un enfant s’en est fait sortir par la maitresse, il fait attention.

 Grâce à cette organisation j’ai une classe sereine, calme, détendue. Même mon ATSEM, qui était un peu perdue au départ sans groupe identifié à prendre en charge, dit qu’elle trouve qu’elle a plus de temps pour s’occuper des enfants (pourtant j’ai doublé le nombre d’activités que je lui fais faire dans la semaine, puisque je tourne sur deux jours et non plus sur quatre !), que tout roule mieux. Les enfants sont plus posés, ils écoutent mieux sur les bancs aussi … et je réussis patiemment à amener les enfants à participer à tous les ateliers, même certains qui sont potentiellement fortement perturbateurs (l’un d’entre eux, un petit animal sauvage réfractaire à toute contrainte, évolue librement, participe à son rythme et selon son envie et du coup travaille bien plus qu’il ne l’aurait fait si je lui avais imposé des choses, ce qui aurait engendré cris (enfin, hurlements) et violence, néfaste au climat de classe).

Voilà mon modeste témoignage. En tous cas, il n’y a pas de mystère, de tergiversations : je ne changerais plus d’organisation pour tout l’or du monde ! Et merci Christine pour ce témoignage riche d’idées nous permettant d’avancer aussi dans nos classes !

Publié par

Christine

auteure de Maternailes.net

12 thoughts on “Dans la classe de TPS/PS de Sandrine”

  1. Bonjour,

    cet article est vraiment super!! C’est ma première année d’enseignement et j’ai une classe de TPS/PS. Avec ma binôme nous aimerions mettre en place ce type d’organisation, mais nous n’arrivons pas à décider combien d’ateliers prévoir par semaine…

    Amicalement,
    Clara

  2. bonjour, moi je suis belge et j’ai une classe de tps. Chez nous on a séparé les tps et les ps car leurs besoins ne sont pas les mêmes et nous avons plus de temps à consacrer à l’adaptation des tps. je suis comme vous un peu perdue dans l’organisation de mes ateliers. le matin c’est ateliers libres durant l’accueil puis regroupement et après la récré je fais mon atelier et les autres sont libres et évoluent en fonction des enfants. j’essaye de prendre beaucoup de photos, je les mets ensuite dans mes albums langage pour que l’on puisse en parler lors du regroupement et donc ceux qui ne vont pas dans ses ateliers y vont par curiosité

  3. Merci pour ce témoignage très riche.

    Cette année, j’ai des TPS/PS et pensais mettre en place une organisation comme décrite par Sandrine.
    J’ai déja expérimenté ce genre de « dispositif » avec mes MS l’an passé, avec des difficultés certes, mais cela m’a donné envie de poursuivre dans cette voie.

    Je me posais qq questions concernant l’emploi du temps :
    Faire des plages de 30 min alternant ateliers / motricité / recré me parait tout à fait adapté toutefois comment ouvrir progressivement une 2e phase d’ateliers lorsque celle ci ne prend pas place pendant/à l’issue du temps d’accueil ?

    Quel emploi du temps vous semble le plus adapté à cette classe d’age ?

    merci

  4. je remercie sandrine pour son témoignage et christine pour ce travail ! j’ai déjà laissé des commentaires cette semaine mais je ne suis pas sur d’avoir posté au bon endroit …
    j’ai une classe de TPS/PS de 25 élèves (bientôt 28) et je trouve que rester a 25 serait très bien (classe calme cette année) je commence cette année ce fonctionnement mais je rencontre un soucis :
    – mon sport est a 9h donc les enfants jouent aux coins jeux , je fais ranger (grrrrrr) puis collation et sport
    – je reviens en classe on voit le plan de travail en regroupement et les enfants vont aux ateliers (autonomes déjà prets) puis atsem puis le mien … ca fait bcp de regroupement je trouve ! mon heure de sport a dû etre déplacé cette année ça tombe mal ! …une idée ?
    – autre soucis dû au précédent : je n’arrive pas a cocher les enfts des ateliers autonomes car comme ils vont tous en même temps choisir un atelier « je suis un peu bloquée » car je dois ouvrir le mien …
    Encore une question : quand un enfant a fin l’atelier (enseignant ou ATSEm ou bien souvent autonome) il va où ? il peut retourner aux coins jeux ?
    j’essaie, je tatonne …faire totalement comme christine m’a bloqué au début d’où un changement et plus de regroupement …mais j’adore le fait que les enfts choisissent ! et eux aussi !
    Faut que je trouve MA pratique de classe ..
    mais j’aimerai vos avis, vos conseils ….
    merci

    1. Bonjour Sev,

      j’ai une classe de TPS/PS de 25 élèves (bientôt 28) et je trouve que rester a 25 serait très bien

      J’ai remarqué le pallier : jusqu’à 25, j’arrive à enseigner correctement. Au delà, ça frotte, ça coince, notre action semble se diluer trop.

      Pas de solutions pour ton EPS. Dommage que tu ne puisses profiter du temps de l’accueil pour ouvrir progressivement tes ateliers, surtout avec des TPS/PS

      autre soucis dû au précédent : je n’arrive pas a cocher les enfts des ateliers autonomes car comme ils vont tous en même temps choisir un atelier « je suis un peu bloquée » car je dois ouvrir le mien …

      En début d’année, aucun atelier dirigé : je me concentre sur l’organisation de la classe et l’ambiance.
      Les enfants apprennent à glisser leur étiquette dans la boite une fois leur travail terminé.
      Je peux comme ça pointer à l’ouverture des boites qui a fait quoi.

      Les coins jeux sont ouverts en meme temps que mes ateliers.
      http://maternailes.net/pratiques/organisation/organisation.html

      Faut que je trouve MA pratique de classe ..
      mais j’aimerai vos avis, vos conseils ….

      Voilà, c’est important de construire ce qui nous correspond.
      Bonne aventure pédagogique.
      @micalement

  5. super ce site
    par contre, il faut savoir se remettre en question sur tous les fonctionnements connus jusqu’à maintenant
    je commence cette année les brevets de réussite, et je trouve qu’on voit beaucoup mieux les évolutions des enfants.
    Personnellement, le souci que je rencontre, c’est avec les enfants qui ne veulent pas se détacher des coins jeux. Du coup, je les laisse fermés pendant les ateliers; même si je trouve ça dommage en TPS PS. Mais je ne sais pas comment faire!!
    Auriez-vous un conseil à m’apporter sur ce point ? Moi aussi je dois être inspecté d’ici peu, et ça me stresse un peu!!
    merci

      1. ok merci beaucoup pour votre réponse
        et merci encore pour tout ce partage, c’est super, ça donne un autre regard à notre travail, et d’autres idées de fonctionnement

        amicalement
        valérie

  6. Bravo pour la mise en place de ce fonctionnement ! J’ai aussi une classe de TPS/PS, ils sont 29, bientôt 31, et bientôt encore plus.
    J’adhère complètement au mode de fonctionnement proposé sur Maternailes, j’ai voulu le mettre en place dans ma classe mais cette année je suis à mi-temps et mon collègue n’a pas souhaité continuer sur cette voie, il n’est pas à l’aise.
    J’ai donc seulement pris quelques billes : inscriptions volontaires aux ateliers. J’ai essayé l’ouverture progressive des ateliers mais on ne s’en sort pas, il y a toujours trop de bruit et je n’ai même plus suffisamment de place pour que tout les enfants puissent être sur un atelier ou un jeu calme sans que cela gêne les autres.
    On ne parvient pas à avoir une ambiance sereine le matin et j’en suis affreusement frustrée !

    1. Bonjour,

      Je comprends ta frustration.

      J’y associe ma colère. 31 TPS PS, quelle violence faite aux enfants perdus dans la foule de la classe, agressés sans relâche :
      – par l’égocentrisme (bien naturel) du voisin qui veut le même camion rouge
      – par le niveau sonore de petits qui commencent à parler bien souvent en criant (maîtriser son volume sonore viendra après)
      – par l’insécurité intérieure que cette famine d’adulte génère
      – par le stress du manque d’espace, de mouvement.

      Quelle que soit l’organisation mise en œuvre, il ne peut pas y avoir de classe sereine dans ces conditions. Les bribes d’apprentissages n’atteindront que les enfants les plus solides, au profil scolaire.

      L’inégalité des chances commence là, dans les effectifs pratiqués en maternelle en France.

      Bon courage à vous tous
      @micalement
      Christine

      1. C’est exactement ça !
        Malheureusement notre école ne peut pas se permettre de refuser des inscriptions et elles ne viennent que chez les petits.
        J’ai l’impression de passer mes journées à « faire la police », c’est usant pour tout le monde. Dose de stress qui s’ajoute : une inspection qui approche. J’en profiterai pour faire part de mon ressenti.

      2. Bonjour Christine, je viens de lire votre commentaire. je l’ai trouvé fort juste, et aussi fort triste.
        J’ai depuis cette année une classe de tps/ps, j’en ai moins que vous, car je suis en zep et j’ai eu la chance d’avoir des enfants plutot calmes.
        Mais je pense que ce ne sera pas tous les ans comme cela.
        Les enfants qui éprouvent des difficultés à entrer dans le monde scolaire ont pu évoluer tranquillement car l’ambiance était sereine. Mais l’an prochain?…
        tous les jours lorsque je travaille avec ces enfants là, et leur fragilité, je me dis que tout peut basculer d’un instant à l’autre…et je ressens une énorme responsabilité.
        Je voulais vous remercier pour votre témoignage et vous dire aussi que je me suis permise de le copier:coller sur ma page facebook pour le partager.
        Bonne continuation.

        Nadège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *