Le blogEditionspub

Chapitres

 

Christine Lemoine
Sept 2004-Août 2014

 



Fichiers Maternailes

 

 

Acheter Abécécriture

Acheter Ma fabrique à mots avec Abécécriture

Apprendre à écrire avec Abécécriture

Une approche sensorielle

L'atelier d'écriture se construit autour d'un projet accessible aux enfants : écrire les initiales des élèves, écrire un mot qu'on aime (le prénom de la marionnette, papa, maman...), leurs prénoms, le titre d'un livre, une phrase aux correspondants, des lettres qu'on ne connaît pas... L'apprentissage de l'écriture des lettres est associé autant que possible aux sons qu'elles produisent au sein des mots que nous cherchons à écrire.

Un support motivant
L'utilisation du sable ou de la farine est très attirante pour le jeune enfant qui explore le monde d'abord avec ses sens. Ce dispositif permet à l'élève d'apprendre le tracé des lettres sans se préoccuper de la tenue du feutre. Il peut expérimenter, s'entrainer sans craindre l'erreur : on observe la production et si besoin on recommence pour améliorer ou simplement pour le plaisir de bien faire...

Tracer pas à pas
L'adulte produit dans la farine le premier tracé de la lettre en le verbalisant. L'enfant le reproduit et nous poursuivons ainsi jusqu'à ce que la lettre soit complète. Cette décomposition des gestes permet de mettre en avant :
> les points de départ
> le sens des tracés
> la chronologie des gestes.

Nous nous appuyons sur des repères graphiques : des petits animaux que les enfants retrouveront sur les fiches pour la majuscule d'imprimerie et des billes plates pour la cursive.

Tracer la totalité de la lettre
L'enfant tente à son tour d'enchaîner tous les gestes. En fonction du niveau de l'élève, les repères sont retirés de la farine.

Des cartes à toucher dans la classe
Au fur et à mesure de nos apprentissages, l'Abécédaire tactile s'enrichit de nouvelles lettres. Il constitue un référent permanent, que l'on peut venir utiliser lors des nombreuses occasion d'écrire en maternelle. Le tracé d'une lettre s'il n'est pas employé régulièrement, peut s'oublier. L'abécédaire à toucher peut réactiver à tout moment ce savoir.
Dans notre classe, les lettres à toucher sont collées sur de petites pommes, les cursives d'un coté, les majuscules de l'autre. Le f en cursive est trop grand pour être placé au dos du F majuscule. Nous aurions pu le réduire, mais il nous semble important que les rapports de taille entre les lettres soient respectés. Il est donc le seul placé à côté.

Apprendre à écrire en majuscule
d'imprimerie

De la farine aux fiches
Les fiches sont glissées sous une pochette transparente de bonne qualité pour être utilisées avec un feutre effaçable à sec. La fiche devient alors un support ou l'erreur, le tâtonnement, l'expérimentation est possible, ce que ne permet pas un simple format papier. L'enfant retrouve sur la fiche les mêmes repères que dans la farine.

Progressivité des fiches d'écriture en majuscule d'imprimerie

1- L'enfant retrouve les points de départ et sens du tracé.

Il doit poser son feutre sur le plus gros bouton et suivre la craie orange. J'ai choisi délibérément de ne pas mettre de flèches. Elles constituent un codage supplémentaire inutile et incompréhensible de certains jeunes enfants.
Le chemin de lettre est très large : il intègre une certaine irrégularité de tracé, que ne permettrait pas le pointillé dont on "déborde" facilement.
Lors de la présentation des premières fiches, je suis intraitable sur le respect de ce mode d'utilisation. Cette rigueur nous permet ensuite de laisser les enfants travailler en autonomie sur le fichier.

2- Le chemin de la lettre est plus fin.
Il demande plus d'habilité grapho-motrice.
3- Les indications sur le sens du tracé disparaissent.
Cela oblige l'enfant à le retrouver et le mémoriser.
4- L'élève doit écrire sans le chemin de la lettre.
Mais il peut encore s'appuyer sur les repères pour érire.
5- Les repères iconiques disparaissent pour un tracé presque autonome.

Tracer de haut en bas ?

Les enfants sont souvent amenés à tracer les verticales de haut en bas sur le fichier.
Il n'existe pas de norme sur les majuscules d'imprimerie, à ma connaissance, mais en cursive, l'écriture visée à terme, on trace toutes les longues droites de haut en bas, avec souvent une levée du crayon(le d, le t..).
Dans cette optique, il m'a semblé intéressant d'appliquer ce principe dès l'apprentissage de la majuscule. Toutefois, si je suis exigeante lors de l'utilisation du fichier, lorsque l'enfant écrit un mot en majuscule, je tolère d'autres façons de tracer, quand la lettre est lisible. Le principal est que l'enfant s'approprie des mots, un plaisir d'écrire, sans prendre de mauvaises habitudes. La "remontée" des majuscules ne me semble pas être une mauvaise habitude, mais plutôt une variante que parfois les familles enseignent. Pour la cursive, le sens du tracé conditionne la fluidité de l'écriture et sa rapidité. Il est donc indispensable qu'il soit respecté.

 

Apprendre à écrire en cursive

De la majuscule à la cursive...
Le passage d'un fichier à l'autre se fait facilement : les modes d'utilisation et la progression au sein des fiches sont identiques pour les majuscules d'imprimerie et la cursive.
Cela permet de faire travailler en même temps des enfants qui n'ont pas les mêmes compétences : certains continuent de travailler sur les lettres d'imprimerie quand ceux qui y sont prêts attaquent la cursive.

Par ailleurs, tout au long du fichier, les différentes écritures d'une lettre sont représentées ce qui facilite la correspondance entre les graphies d'une même lettre.

Progressivité des fiches d'écriture en cursive
La fiche reprend la même progressivité que celle en majuscule d'imprimerie.
De nouvelles particularités apparaissent pour amener l'enfant à une meilleure maîtrise :
> Disparition du point de départ du tracé dans les dernières cases
> Formes repères plus abstraites (des feuilles)
> Quantité de travail plus importante, le nombre de lettres à écrire ayant doublé.
> Écriture sur une le ligne 

À noter : Je n'ai pas créé d'images de feuilles isolées pour les utilser dans le sable ou la farine parce que nous nous servons pour cette étape de billes plates. La gestion des petits animaux qu'on utilise en majuscule n'est déjà pas facile, impossible de gérer en même temps toute une série des feuilles...et inutile : les élèves qui sont à même d'écrire en cursive n'ont plus besoin que les repères soient absolument identiques du tracé au doigt au tracé au feutre sur la fiche. Ils peuvent s'engager (et c'est préférable) vers un plus grand niveau d'abstraction et intérioriser le geste avant tout, quelque soit la nature du repère spatial.

Pas de liaison ou trait d'attaque aux lettres ?
À ce niveau de l'apprentissage, nous travaillons l'écriture lettre à lettre, il n'y a pas de raison d'y inclure la liaison, puisque que la lettre n'est liée... à rien du tout ! Cela permet de progresser par pallier dans l'apprentissage : on commence par l'écriture des lettres d'un mot, puis on travaille les liaisons au moment d'écrire le mot.
Prenons l'exemple du d en cursive : Si l'enfant apprend à l'écrire sans la liaison dans un premier temps, il peut se concentrer sur le sens de rotation du rond, son départ et un lever de crayon pour faire "la grande canne". Puis au moment d'écrire "mardi", les liaisons s'enchaînent presque logiquement (entre le a et le d, la queue du a forme la liaison du d).
Si l'on enseigne la graphie des lettres avec leur liaison (le d avec sa petite queue devant) l'enfant doit intégrer une chronologie de gestes plus longue pour ce premier apprentissage, trop longue pour certains qui commettent alors facilement des erreurs : on fait la petite queue du d puis on continue le rond dans la "foulée" dans le mauvais sens.

L'atelier échelonné d'écriture :
un exemple

Qu'est-ce que c'est ?
Parce qu'en maternelle, les niveaux de compétences peuvent être très différents d'un élève à l'autre, plusieurs niveaux de difficultés sont proposés en même temps aux enfants, quelque soit leur section. Les réussites sont notées sur des brevets.


Cet atelier illustre les différents niveaux de difficultés proposés en PS/MS/GS :
Niveau 1 : Savoir écrire quelques lettres en majuscule de PAPA, MAMAN
Niveau 2 : Savoir écrire les mots en majuscule, en respectant l'horizontalité et l'orientation de gauche à droite
Niveau 3 : Savoir écrire des lettres cursives de papa, maman en contrôlant la tenue de l'instrument et la position de la page
Niveau 4 : Savoir écrire des mots en respectant les liaisons des lettres.

Les fiches et outils pour travailler "MAMAN", et "PAPA"
Une planche de brevets vierges à remplir.
Les avantages de l'atelier échelonné d'écriture :
 - Il tend à s'adapter à la diversité des enfants en différentiant l'activité comme la quantité de travail (certains écrivent une lettre pendant que d'autres en écrivent trois.) S'en dégagent des parcours d'apprentissages individualisés, sans que l'enseignant ait eu besoin de se cloner en trente.
- En différenciant "en amont" l'activité, il met en perspective l'ensemble des apprentissages du domaine et fait progresser l'enfant dans sa perception et sa gestion du métier d'élève : Qu'est-ce que je sais déjà faire ? Qu'est ce qu'il me reste à apprendre ? Il participe ainsi à la régulation de ses apprentissages, un facteur de motivation puissant.
- Il developpe un rapport au savoir positif : aucun enfant n'est ici mis en échec par un dispositif scolaire imposé, tout le monde peut progresser. Il entraine une bonne estime de soi, en tant qu'élève.
D'autres organisations pédagogiques :
On peut travailler temporairement par groupe de besoins avec un public choisi, autour d'une lettre, d'une difficulté. Le passage, par exemple, de la lettre au mot en cursive demande un accompagnement vigilent de l'enseignant. Je regroupe ceux qui y sont prêts et nous travaillons pas à pas l'écriture du mot en insistant sur le respect des liaisons.

Construire une progression au
fil des mois

Mettre en place l'atelier d'écriture
Dans les premiers ateliers d'écriture, nous travaillons autour de lettres simples d'un même projet d'écriture, un mot chargé affectivement, pour lequel les enfants ont envie de s'investir comme le nom de la marionnette ou les initiales des enfants.
Il s'agit de mettre en place le fonctionnement de l'atelier d'écriture (respecter le départ et sens des tracés...) les postures, la tenue du feutre. Commencer par perdre ce temps permet d'en gagner beaucoup par la suite.

Travailler les mots de la classe
Que ce soit pour légender une affiche, transmettre un message, écrire "Père-Noël"... nous utilisons les projets de production écrite pour apprendre à écrire, quelques lettres d'un mot ou la totalité du message. Les réussites des enfants sont notées sur les brevets ou tableaux.

Travailler autour des lettres "rares" :
On travaille des lettres non vues en fin d'année, en les associant à leur nom et si possible au son qu'elles émettent en tant que consonne. Mais il arrive qu'on n'ait pas vu l'écriture du "z" en cursive : il faut en laisser un peu au CP ;-)

Prolongement : Atelier autonome et coin écriture

Les fiches réussies par tous sont réutilisées de temps en temps dans un atelier autonome ou au coin écriture.
Nous avons beaucoup insisté sur le respect du mode d'utilisation des fiches et nous ne mettons à disposition des enfants que les fiches maîtrisées par tous.
Avec les élèves de grande section, les fiches de lettres déjà travaillées sont reprises dans les ateliers autonomes du plan de travail. On évoque en même temps le bruit de ces lettres comme ici avec les voyelles.
Mais l'écriture des mots en cursive dans le respect des liaisons un apprentissage rigoureux, guidé par l'enseignant.

Un enseignement rigoureux

Dessiner les lettres ou écrire ?

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Cet enfant est arrivé chez nous au mois de mai.
Il vient d'une autre école, une grande section de 30 élèves. Il a sans doute appris à "écrire" son prénom tout seul.
Dans cette vidéo, il reproduit le visuel de son nom à sa façon, sans suivre les bons gestes.
Cela va le géner pour acquérir une écriture correcte, fluide, rapide et lisible.
Il me semble vraiment important de ne pas donner de mots en cursive à copier en autonomie sans être sur que l'enfant a acquis une graphie correcte des lettres ET des liaisons. Mais, encore une fois, si l'on a enseigné avec rigueur et vigilence l'écriture des lettres, les liasons s'apprennent assez facilement, les enfants lèvent par le crayon avant chaque lettre ronde pour la démarrer au bon endroit...
Tenue du stylo : Contraintes et tolérance
" Pour bien écrire, il faut ...prendre ses 2 mains et ses 3 doigts ! "
Prendre ses 2 mains ? Lorsqu'on écrit, on s'assoit et on commande ses deux mains : il y en a une qui doit tenir la feuille (pas le bouchon...) et l'autre qui doit tenir le feutre.
Prendre ses 3 doigts ? Le majeur porte : le feutre repose sur la troisième phalange du majeur replié qui en quelque sorte "porte" l'outil. Le pouce pince : il maintient le feutre sur le majeur lors des mouvements. L'index conduit : il guide l'outil dans les différents mouvements, il est responsable du tracé, il doit rester souple, ni trop tendu, ni trop crispé.
Mais parfois, les doigts des enfants sont encore trop potelés, trop courts, la motricité fine n'est pas encore assez développée pour que l'enfant puisse vraiment s'approprier la tenue la plus efficace de l'outil. Il met par exemple ses trois doigts à la même hauteur, leur assignant les mêmes fonctions à tous : tenir l'outil et guider. Avec cette tenue marginale, le tracé est moins précis, mais il reste lisible et fluide.
Différentes réponses peuvent être apportées par les équipes pédagogiques face à une mauvaise tenue :
- Contraindre en permanente ? On peut tenter d'obliger l'élève à tenir dans les règles le feutre, ce qui demande une vigilance constante. On prend le risque de le dégoûter de l'écriture.
- Renoncer provisoirement à l'écriture ? On peut choisir de ne pas faire écrire l'enfant tant qu'il n'est pas prêt à tenir correctement l'outil et travailler les pré-requis (Cf Dumont). On prend le risque d'étouffer la motivation de l'enfant, généralement forte à cet age, mais aussi d'abandonner l'enseignement du graphisme, de l'écriture aux seules familles ou centre de loisirs qui souvent, s'emparent de cet apprentissage dès les premières années. De plus mauvaises habitudes encore, peuvent alors s'installer.
- Tolérer et construire petit à petit ? On peut choisir de laisser l'enfant tenir le stylo d'une manière un peu marginale, si elle n'est pas nuisible (le tracé reste lisible et fluide). On précise que ce n'est pas la manière la plus efficace, mais qu'on essaiera plus tard d'y arriver, quand l'enfant aura grandi. On prend le risque que cette tenue moins efficace perdure.
Nous avons choisi cette dernière voix dans notre école. Les activités traditionnellement pratiquées en maternelle autour des jeux de doigts, de la motricité fine, de l'espace, du corps... permettent aux enfants d'évoluer au fil du temps. Aucun élève n'a rencontré de difficulté particulière en écriture par la suite, même si la tenue de l'outil ne s'effectue pas exactement dans les règles de l'art.
Mais beaucoup ont acquis dès la maternelle un plaisir d'écrire précieux, une compréhension du principe alphabétique adaptée à leur envie d'apprendre.
Mais c'est à chacun de voir !

Acheter Abécécriture

Le livre ou le fichier numérique

Vous y retrouverez un résumé de la démarche et ces documents à photocopier en couleur :
> Des planches animaux
Les animaux sont à découper et placer dans la farine pour y travailler le tracé des lettres avec les mêmes repères que les fiches.
> Les fiches lettres A4
Elles sont glissées sous une pochette plastique pour une utilisation au feutre effaçable. D'un côté de la fiche, la majuscule, de l'autre la cursive d'une même lettre. Ces fiches peuvent être photocopiées sur une imprimante couleur ou imprimées si vous achetez le fichier numérique.
> L'abécédaires à toucher
Nous le completons de points de vernis colle pour permettre aux enfants de suivre du doigt le tracé des lettres.
Acheter Abécécriture 28 euros le livre ou 19 euros en .PDF

Ma fabrique à mots (août 2013)

Créer ses propres fiches de mots

Ma fabrique à mots prolonge Abécécriture.
Il propose des images de bandes lettres pour créer ses propres fiches d'écriture de mots.
Ces images reprennent la progressivité d'Abécécriture, mais de façon plus condensée et réduite en taille pour faire figurer plusieurs lettres sur une fiche.
Lorsqu'un élève a déjà travaillé avec Abécécriture, il peut écrire en autonomie sur ces fiches.
Avec toutefois une restriction pour l'écriture du mot en cursive : seuls ceux qui maitrisent les liaisons ont l'autorisation d'écrire le mot en dessous du crayon.
Les autres élèves travaillent sur les lignes d'écriture constituées par les bandes lettres et n'écrivent le mot en entier que lorque l'enseignant est disponible.
Pour insérer ces bandes lettres dans vos propres fiches, il faut commander le fichier en pdf et copier/coller les images dans votre traitement de texte.
Des fiches d'écriture clé en main
Vous trouverez sur ce fichier 35 fiches déjà prêtes et leurs brevets autour des mots de la famille, des jours de la semaine et des familles de lettres.


En savoir plus...

Acheter Ma fabrique à mots avec Abécécriture 14 euros en .PDF
Vous pouvez le commander aussi au format livre, mais vous ne pourrez pas "fabriquer" vos propres fiches mots...