L'atelier gommettes

Nous énonçons la consigne au sein de l'atelier.

On commence toujours par :
-"Qu'est-ce qu'on voit sur la feuille ?"
-"Des arbres, un grand et des petits".
-"Qu'est-ce qu'il faut faire?"
-"Il faut mettre des petites gommettes sur les petits arbres, des grosses sur les gros."
-"Comment le sais-tu ?"
-"C'est marqué là." Et nous montrons le bandeau ou figurent les consignes.
-"Qu'est-ce qu'il faut faire au niveau 3 étoiles ?"
-"Il faut faire attention à la couleur." Un enfant ou l'enseignant explique.

Les prénoms sont écrits sur les fiches. Ils peuvent maintenant travailler en autonomie. Avant de partir, je leur rappelle en ce mois de septembre qu'ils doivent poser leur travail terminé sur le bureau.
Et je n'interviens plus, les erreurs seront évoquées lors du bilan. Elles font parties du parcours.

Une élève de moyenne section tente pour la première fois le niveau 3 : elle respecte la couleur indiquée par les initiales. Mais concentrée sur cette consigne, elle en oublie de respecter la taille et place des grandes gommettes sur les petits arbres. Dans la fiche précédente, sur les cartables, elle avait pourtant bien réussi le niveau 2 qui concerne la taille.
Une élève de petite section place toutes les gommettes qui lui tombe sous la main. Elle placera aussi des carrés.

Le bilan de l'atelier gommettes

Lors d'un regroupement, je présente trois feuilles : une réussie, celle qui respecte les couleurs mais pas la taille, celle qui comporte des carrés, les intrus. (Aucun élève cette année n'a collé, voire empilé des gommettes partout sur la feuille.)

Pour les bilans, cette procédure donne de bons résultats dans ma classe  :
- Que voyez vous ? (Des gommettes, des arbres, des ronds, des carrés, des petits des grands, des lettres...)
- Que fallait-il faire ? (Des enfants énoncent la consigne.)
- Qui peut aider ces enfants ?
On sort ainsi des remarques : c'est bien/c'est pas bien, pour aller vers une meilleure compréhension.
La description, à travers le contraste des réalisations sélectionnées, contient en germe les critères de réussites, les procédures implicites que ne perçoivent pas certains élèves.
La mise à distance qu'entraine le bilan déconnecte les petits du plaisir de faire pour les emmener vers un acte réfléchi.
Ils ne sont plus emportés par cette irrésistible envie de coller qu'ils ont pu assouvir...
Lors de leur seconde participation, ces enfants ont amélioré leur travail en toute autonomie.

Il arrive parfois que certains petits aient besoin de plus de temps. Ils continuent durant quelques fiches encore à empiler les gommettes n'importe où sur la feuille. Ils auront au moins réussi le premier niveau "Je place des gommettes sur l'arbre". Ils ont participé et c'est déjà un petit pas d'élève qu'il convient d'encourager.
Et puis, à un moment, ils s'emparent de la consigne ;-).

Le bilan à l'atelier pâte à modeler


En suivant le même parcours (Atelier autonome (vraiment autonome !) -> Bilan -> Nouvelle participation) un enfant de petite section a réalisé ces deux productions à quelques jours d'intervalles pour l'activité du "Tableau de carottes".
 

@micalement
Christine