J'ai découvert le site de matern'ailes il y a pas mal de temps déjà et j'adorais la gestion de la classe, que je pensais un peu irréaliste..

Pourtant, ça fonctionnait, là-bas de l'autre côté de la toile !

Alors, cette année (2006-2007), je me suis lancée... J'ai démarré la classe de façon classique, avec mes petits, mes moyens et mes grands. Puis en après-midi, j'ai instauré le système : sur les tables codifiées par thème (lecture, puzzles etc..) ont fleuri des boites de Ri(pas de pub)CORE peintes en acrylique et des étiquettes individuelles aimantées...
J'avais mis au départ que 3 boites : coloriage, puzzles et mon atelier (un jeu de société connu). J'ai d'abord travaillé sur l' organisation, les ateliers étaient un peu "placebo".
En une semaine, ce fut acquis puis j'ai augmenté les boites, et les ateliers .
Au départ, j'ai travaillé avec 23 élèves ; 2 de mes 6 petits ont tout de suite adhéré, les autres trop envie de jouer ! Plus tard, j'ai instauré un "petit moment" avec ces petits, après le goûter, pendant que les MS-GS jouaient ou lisaient pour avoir chaque petit au moins une fois par jour.

Puis, au fur et à mesure, la mayonnaise a pris, seul souci : le bruit.
Alors on a instauré des petits trucs (quitter le coin regroupement en chuchotant, naviguer vers les groupes trop bruyants voire les exclure des coins jeux -aïe mais ça fonctionne- etc..)
Une collègue est venue me remplacer lors d'un stage, mais n'a pas souhaité tenter l'expérience. A mon retour, les élèves ont souhaité travailler "mélangés". Alors on a poursuit ! Et en moins bruyant même ! Dans l'année, les petits se sont pris au jeu... deux ateliers de faits = un ordinateur pour soi, sans tuteur !

L'année prochaine, j'aurai 27 élèves dont 11 ps 5 ms et 11 gs. Au début, les petits auront leur emploi du temps propre, à la classique mais les ms-gs travailleront mélangés, avec un système de fiches " contrat" pour gérer les ateliers en autonomie. Dès qu'ils en auront l'envie et la maturité, ils seront les bienvenus dans ces ateliers.

Ce que j'ai apprécié surtout, c'est le fait de laisser le temps aux enfants de jouer (quoi de plus frustrant que de démonter la tour en légos car il faut la table pour dessiner ...) mais aussi l'autonomie des élèves : les plus grands montrent aux petits, les petits voient et font comme les plus grands..
Oui la mise en place a été difficile car inhabituelle, oui il a fallu faire quelques concessions (partir vers l'inconnu, mais que va-t-il se passer ?)
Non, je ne regrette rien, non je n'arrêterai pas (j'ai 3 semaines d'avance avec mes élèves par rapport à ma précédente progression )
Il faut bien penser ses outils de travail pour ne pas aller dans l'inconnu (choix des ateliers, des jeux, gestion de l'espace)..

En fait, dans cet aspect vagabond, tout est calibré en arrière.

Pour ceux et celles qui veulent tester, je vous conseillerai de le faire sur une semaine, le temps que chacun trouve ses repères, avec des ateliers de "révisions".
Bien sûr, on a le droit de ne pas aimer, mais on a le droit de goûter !

Géraldine, chargée d'école en rase campagne.