Le blog Maternailes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La classe maternelle

Fil des billets

dimanche 30 septembre 2012

Le temps du bilan

 L'atelier gommettes

Nous énonçons la consigne au sein de l'atelier.

On commence toujours par :
-"Qu'est-ce qu'on voit sur la feuille ?"
-"Des arbres, un grand et des petits".
-"Qu'est-ce qu'il faut faire?"
-"Il faut mettre des petites gommettes sur les petits arbres, des grosses sur les gros."
-"Comment le sais-tu ?"
-"C'est marqué là." Et nous montrons le bandeau ou figurent les consignes.
-"Qu'est-ce qu'il faut faire au niveau 3 étoiles ?"
-"Il faut faire attention à la couleur." Un enfant ou l'enseignant explique.

Les prénoms sont écrits sur les fiches. Ils peuvent maintenant travailler en autonomie. Avant de partir, je leur rappelle en ce mois de septembre qu'ils doivent poser leur travail terminé sur le bureau.
Et je n'interviens plus, les erreurs seront évoquées lors du bilan. Elles font parties du parcours.

Une élève de moyenne section tente pour la première fois le niveau 3 : elle respecte la couleur indiquée par les initiales. Mais concentrée sur cette consigne, elle en oublie de respecter la taille et place des grandes gommettes sur les petits arbres. Dans la fiche précédente, sur les cartables, elle avait pourtant bien réussi le niveau 2 qui concerne la taille.
Une élève de petite section place toutes les gommettes qui lui tombe sous la main. Elle placera aussi des carrés.

Le bilan de l'atelier gommettes

Lors d'un regroupement, je présente trois feuilles : une réussie, celle qui respecte les couleurs mais pas la taille, celle qui comporte des carrés, les intrus. (Aucun élève cette année n'a collé, voire empilé des gommettes partout sur la feuille.)

Pour les bilans, cette procédure donne de bons résultats dans ma classe  :
- Que voyez vous ? (Des gommettes, des arbres, des ronds, des carrés, des petits des grands, des lettres...)
- Que fallait-il faire ? (Des enfants énoncent la consigne.)
- Qui peut aider ces enfants ?
On sort ainsi des remarques : c'est bien/c'est pas bien, pour aller vers une meilleure compréhension.
La description, à travers le contraste des réalisations sélectionnées, contient en germe les critères de réussites, les procédures implicites que ne perçoivent pas certains élèves.
La mise à distance qu'entraine le bilan déconnecte les petits du plaisir de faire pour les emmener vers un acte réfléchi.
Ils ne sont plus emportés par cette irrésistible envie de coller qu'ils ont pu assouvir...
Lors de leur seconde participation, ces enfants ont amélioré leur travail en toute autonomie.

Il arrive parfois que certains petits aient besoin de plus de temps. Ils continuent durant quelques fiches encore à empiler les gommettes n'importe où sur la feuille. Ils auront au moins réussi le premier niveau "Je place des gommettes sur l'arbre". Ils ont participé et c'est déjà un petit pas d'élève qu'il convient d'encourager.
Et puis, à un moment, ils s'emparent de la consigne ;-).

Le bilan à l'atelier pâte à modeler


En suivant le même parcours (Atelier autonome (vraiment autonome !) -> Bilan -> Nouvelle participation) un enfant de petite section a réalisé ces deux productions à quelques jours d'intervalles pour l'activité du "Tableau de carottes".
 

@micalement
Christine

lundi 26 mars 2012

Consigne ouverte en art plastique


Les séquences :

Exploration du rouleau à l'atelier peinture

À la disposition des artistes en herbe  : des rouleaux, des pots de gouaches de couleurs primaires (+ blanc) dans lesquels se trouve déjà un pinceau, des feuilles A4 et A3, des cartons pour protéger les tables, des tabliers.
Et zéro consigne !

Exploration du bouchon et de la brosse

Les enfants expérimentent ces nouveaux outils sur leur précédente peinture.

Le bilan

Suite aux échanges, nous avons constaté que :

  • on peut rouler le bouchon ou le tamponner, l'imprimer
  • on peut créer de nouvelles couleurs en les mélangeant
  • on peut remplir la feuille... ou pas
  • on peut faire danser, jaillir les couleurs, ou faire des flaques, des grands aplats
  • on peut rayer la peinture avec le bouchon, le rouleau

D'autres créations, à ce stade de la progression, sont à suivre plus bas, dans la galerie.

Réinvestissement

Tous les outils sont à disposition des enfants.
Ils créent librement.
Un brevet témoigne de notre parcours.

La confiance

Pas de jugement de valeur, pas de résultats à atteindre dans ce type d'atelier : une exploration en toute confiance, avec parfois, au détour des productions, l'introduction d’œuvres d'artistes.

Avec Tiguely, présenté à l'ouverture de l'atelier, nous voyons que des peintres "font danser" les couleurs à leur façon.
Cette œuvre éclaire un peu plus une observation faite lors du bilan : la trace de peinture peut "bouger", avoir du mouvement.
On la regarde, on en parle puis on l'éloigne du coin peinture  : il s'agit d'apporter matière et rebond à la créativité des enfants, de les ouvrir sur le monde plastique, sans les enfermer dans la  reproduction d'un "modèle".

Le plaisir...

...De l'expérimentation où l'enfant est LE maitre d’œuvre : essais, découvertes, observations, concentration, échanges, rêveries...
...De l'expression de soi bien sur.
...De la patouille.
Un plaisir qui les conduit parfois à rester une heure (si, si !) à cet atelier, dans une ambiance très paisible.

Pourquoi ?

L’école maternelle propose une première sensibilisation artistique. Les activités visuelles et tactiles, auditives et vocales accroissent les possibilités sensorielles de l’enfant. Elles sollicitent son imagination et enrichissent ses connaissances et ses capacités d’expression ; elles contribuent à développer ses facultés d’attention et de concentration. Elles sont l’occasion de familiariser les enfants, par l’écoute et l’observation, avec les formes d’expression artistique les plus variées ; ils éprouvent des émotions et acquièrent des premiers repères dans l’univers de la création.
Ces activités entretiennent de nombreux liens avec les autres domaines d’apprentissage : elles nourrissent la curiosité dans la découverte du monde ; elles permettent à l’enfant d’exercer sa motricité ; elles l’encouragent à exprimer des réactions, des goûts et des choix dans l’échange avec les autres.
IO2008

@+
Christine

vendredi 15 avril 2011

Montessori : Pour en savoir plus

Carole nous avait partagé ses brevets ici. On avait très envie d'en savoir plus sur sa classe, l'univers Montessori.
C'est fait. Voici le document qu'elle joint à son cahier du remplaçant, le veinard...
;-)

Si vous passez dans le coin, elle sera là sur le stand du GLEM FREINET par intermittence.

(Dommage, trop loin pour moi...)
@micalement
Christine

lundi 7 mars 2011

Carole nous ouvre l'univers de Montessori


Carole a eu la gentillesse de partager les brevets qu'elle a réalisés à partir du matériel Montessori.
Voilà qui donne terriblement envie d'être une petite souris dans sa classe...

Lire la suite...

mardi 25 janvier 2011

Les Maternateurs

Chouette, un nouveau site arrive sur la toile. 

Lire la suite...

lundi 2 août 2010

Un nouvel espace autour des brevets

J'avais cela dans la marmite depuis plusieurs semaines : un nouvel espace consacré aux brevets, un espace mutualisable.


Il s'appelle "Brevets en Maternailes" et on le trouve par

Cela me semblait intéressant à différents titres :
- Les brevets s'inscrivent dans une école maternelle de la réussite, qui vise à faire progresser chaque enfant.
- Ce format permet de garder une trace des activités "invisibles" et indispensables de l'école maternelle.
- Les élèves comme les familles perçoivent mieux les apprentissages de l'école maternelle.
- Les savoir-faire professionnels peuvent se transférer facilement sous cette forme, et nous manquons parfois cruellement de formation au Cycle I
.

Les brevets sont classés par domaines de compétences, sections.
Cet espace devrait s'enrichir jour après jour, n'hésitez pas à vous abonner aux fils RSS et, si ça vous dit, à envoyer vos brevets.

@micalement
Christine

vendredi 12 septembre 2008

Cahier journal en ligne.

Aujourd'hui, lundi 3 novembre 2008, notre cahier journal pour la période 1 est publié. L'expérience, une réponse aux attaques de la maternelle, s'arrêtera là : Oui, la maternelle est bien une école, lieu d'apprentissages multiples.

L'ensemble des brevets en témoigne.

Merci aux nombreux lecteurs qui ont soutenu cette initiative ;-)




Pourquoi un journal en ligne ?
Notre culture professionnelle s’effrite avec l’ insuffisance de la formation dédiée à la maternelle et le renouvellement des générations d’enseignants.


Difficile de percevoir la réalité, la diversité de la petite enfance si on n’y a pas été sérieusement formé.
Difficile de construire sereinement une pratique cohérente quand l’école maternelle est attaquée méthodiquement.
(voir ici sur le Café Pédagogique ou ... )



Alors, par défaut, des pratiques d’école élémentaire, plus connues, s'imposent à la maternelle, mettant en difficulté un certain nombre d’élèves (et d’enseignants).

Ce cahier journal tente simplement de témoigner de ce que peut être une classe de petite et moyenne sections.

C’est aussi un outil militant qui montre au quotidien comment les spécificités de la petite enfance peuvent être intégrées aux parcours d’apprentissages, comment épanouissement de l’enfant et acquisitions de compétences peuvent aller de pair.

Il me semblait utile de montrer que l'école maternelle, comme son nom l'indique, est bien une école.

Ps : Pour ceux qui ont du mal à ouvrir les pages, des liens directs autour des semaines du cahier journal :

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

maternailes.net/journal/i...

@micalement
Christine

mardi 31 juillet 2007

33 élèves en TPS/PS/MS/GS chez une collègue...

Extrait d'un article du Monde à propos du rapport d'experts sur l'école primaire :
"L'école maternelle "ne met pas tous les enfants dans les conditions de réussir l'école élémentaire", la première de ces conditions étant la maîtrise du langage oral. Or, outre son rôle d'accueil collectif, la maternelle "doit préparer les enfants à la lecture, au calcul et à tous les apprentissages de l'école élémentaire", tout en "développant des comportements favorables" à ces apprentissages. Se référant aux programmes, le HCE rappelle que la maternelle "est une véritable école", qui ne doit cependant pas oublier sa spécificité : au contraire, il déplore que ses méthodes "s'alignent souvent sur celles de l'école élémentaire", notamment en raison d'un manque de formation spécifique des enseignants. Il regrette aussi "la pression des familles pour que la petite école ressemble à la grande". "La question de la responsabilité de l'école maternelle dans l'échec scolaire à long terme ne peut être éludée", dit le rapport."

Je ne vois pas trop comment l'école pourrait remplir ses missions avec 33 enfants de 2 à 5 ans dans la mm classe.

Le taux d'encadrement des crèches pour des enfants du mm âge est de...1 adulte pour 8 petits de 2 ans ! Sans socle de compétences à avaler coûte que coûte.

Le taux d'encadrement des centres de loisir ? 1 animateur pour 8 enfants de moins de 7 ans avec loisir à la carte.

J'ai parfois mal à mon école maternelle quand elle parque ainsi la petite enfance, broyant de ci de là, en toute "normalité". '(?)

Pour information, les TPS sont inscrits sous réserve de places disponibles.
Mais aucun texte ne fixe de limite.
Alors il faut oser dire NON aux parents qui ne se rendent pas toujours compte, pas pour notre confort personnel mais pour ceux qui nous confie leur enfance, une enfance précieuse qu'on risque fort d'entayer 6 heures par jour, parfois pour très longtemps, par manque d'adulte, violence du nombre de pieds, coudes, épaules au m2, cris, coups, peur, seul, tellemnt souvent tout seul dans la foule de la classe.

Apprendre ?

C'est un fabuleux métier, l'enfance est fabuleuse. Mais là, il ne s'agit plus d'enseigner.

samedi 16 juin 2007

Article dans le Café Pédagogique

Des Tice en maternelle : Geneviève Wick témoigne de sa pratique quotidienne des TICE dans sa classe maternelle ici :


J'aime bien son point de vue : Les TICE s'inscrivent de façon transversale dans sa pratique, on ne fait pas de l'ordinateur pour faire de l'ordinateur, il est intégré à la vie de sa classe, à l'ensemble de son enseignement et lie à sa façon l'ensemble des communautés qui comptent pour l'enfant ( je pense notamment aux familles).
Merci aux enseignants qui ouvrent leur classe ;-)

PS : réactualiser la page si on n'a pas la fin de l'article ( avec firefox )